CLUB DES SUPPORTERS DE MONACO SITE OFFICIEL
DAPERTUTU TUGIU CUN FIERTA

Actualités

CHATEAUROUX-ASMONACO FC (N.SIRI)

 

Coup de mou à Châteauroux

Entre la meilleure équipe à l’extérieur – Monaco – et la seule équipe invaincue à domicile des Ligues 1 et 2 confondues – Châteauroux – la confrontation promettait d’être palpitante. Elle a surtout été crispante, tendue et, somme toute, assez équilibrée, sous les yeux des 210 supporters rouge et blanc qui avaient investi la tribune « visiteurs » du stade de « La Berri ».

Pour notre club, en tout cas, son scénario a ressemblé comme un jumeau à celui de la rencontre qu’il avait livrée le vendredi précédent à Ajaccio. Même suprématie d’ensemble, même expression de maîtrise collective, même confiance en sa supériorité inspirée par le statut de leader. L’ouverture du score est même intervenue au même moment opportun, c’est-à-dire après une période de vaine domination adverse. Sauf que, sur le pelouse synthétique du stade Gaston-Petit, ce n’est pas Giorgios Tzavellas qui a marqué sur coup franc, mais notre fier capitaine, Valère Germain, élu comme il se doit meilleur joueur de Ligue 2 de février, d’une frappe limpide en prolongement d’une passe intelligente du Grec.

Comme à Mezzavia, les adversaires ont également obtenu un penalty au retour des vestaires, qui plus est, sur une action à peu près similaire. La différence capitale est que, cette fois-ci, bien que parti du bon côté, Danijel Subasic n’a pas pu empêcher le tir de réparation de finir au fond de ses filets, comme il l’avait réussi avec brio en Corse. La conséquence est tout aussi importante : au lieu des trois points de la victoire, son équipe n’a pu empocher que le point du match nul. Ce n’est pas qu’elle n’ait pas essayé, elle a poussé, mais elle a paru un tantinet émoussée et moins fringante que sur la pelouse en détresse du Gazélec. Il est vrai aussi qu’en face, l’opposition était beaucoup plus coriace et organisée.

Tandis que La Berrichonne conserve son invincibilité à domicile, l’AS Monaco a donc mis un terme à sa belle série de cinq succès consécutifs. Rien de grave au demeurant puisqu’elle profite du faux pas du quatrième, Guingamp, à Laval pour le laisser à neuf points. De quoi voir venir avant de recevoir un sérieux outsider, le SCO d’Angers, vendredi prochain, puis d’en découdre avec le dauphin nantais le samedi de Pâques à la Beaujoire. A la fin du mois de mars, on devrait donc y voir plus clair au sommet du classement, même si bien des nuages sont déjà dissipés.

Daghe Munegu.374416 10200653147348012 938094673 n

Read more...

GFCO AJACCIO-ASMFC (N.SIRI)

 

On y va tout droit

L’AS Monaco avait très rarement joué au stade Ange-Casanova de Mezzavia, l’antre de l’autre club de foot d’Ajaccio, le populaire Gazélec, qui connut son heure de gloire en championnat de France amateur il y a près d’un demi-siècle, avant de tâter du niveau supérieur. En trois rencontres dans les années 70, le club de la Principauté ne s’y était jamais imposé. C’est chose faite depuis vendredi soir, malgré une pelouse indigne du niveau professionnel et en présence de 20 supporters monégasques, fidèles parmi les fidèles.

Février aura été déterminant pour notre club parce qu’il lui a permis de remporter quatre victoires en autant de rencontres. Celle de Dijon, notamment, revêt une importance capitale parce qu’elle constitue le match fondateur de notre équipe, après les réajustements indispensables du mercato d’hiver. C’est forts d’une confiance collective sans faille, acquise et confortée tout au long de ce moisAjouter un évènement ce mois-ci triomphal, que nos favoris ont gagné en Corse, sans génie, sans brio, mais avec une sereine assurance.

Après un premier quart d’heure tout à l’avantage des locaux, les Asémistes leur ont coupé les ailes en ouvrant le score sur leur première occasion, un coup franc enveloppé du Grec Giorgios Tzavellas, coutumier du fait, puis en menant les débats à leur guise. Après la pause, bien que réduits à dix, les Corses, redoublant de vaillance, sont repartis de plus belle à l’attaque. Cette fois-ci, c’est notre gardien croate Danijel Subasic, au sommet de son art depuis quelque temps, qui les a dégoûtés en détournant un penalty avec autorité. Le reste de la rencontre n’a été que maîtrise et sang-froid, comme il sied à un leader conscient de sa supériorité.

Même si elle est courte, cette victoire méritée attribue une avance confortable à notre club : huit points sur le deuxième, Nantes, dix sur le quatrième, Angers. Guingamp, qui reçoit Nîmes samedi, et Nantes, qui effectue un redoutable déplacement à Lens lundi, sont prévenus. S’ils veulent recoller, ils doivent l’emporter. Supporteront-ils la pression qu’exerce sur eux l’AS Monaco ? Les Rouge et Blanc suivront ces deux matches paisiblement, avec le sentiment du devoir accompli et la certitude que, désormais, rien de bien grave ne peut leur arriver.

Daghe Munegu.gazelec ajaccio-asmfc 1-3-13 058gazelec ajaccio-asmfc 1-3-13 081gazelec ajaccio-asmfc 1-3-13 096

Read more...

ASMFC-RC LENS (N.SIRI)

 

On peut raisonnablement commencer à y croire

Décidément, l’AS Monaco apprécie les matches du lundi soir, les caméras d’Eurosport et les commentaires de Steve Savidan.

Après Arles-Avignon et Dijon, elle a ajouté le RC Lens, hier soir, à son tableau de chasse de février. Elle doit ce nouveau succès à son assurance, à sa détermination et à son réalisme qu’il est désormais inutile de vanter.

Deux buts à dix minutes d’intervalle, mi-temps exceptée, ont scellé le sort de la rencontre. C’est d’abord Nabil Dirar qui ouvrait le score le jour de son 27ème anniversaire, en inscrivant enfin son premier but de la saison, grâce à un décalage astucieux de Mounir Obbadi et à une frappe limpide à l’entrée de la surface.

C’est ensuite Andréa Raggi qui reprenait de près au second poteau un corner dévié au premier par Valère Germain. Les Asémistes faisaient ainsi la course en tête tout au long de la deuxième période et ce n’est pas la réduction du score des Lensois ni leur domination sans partage en fin de match, parfaitement contenue par un Danijel Subasic épatant, qui ont empêché les Monégasques de l’emporter et de frapper un grand coup à douze étapes de l’arrivée.

L’AS Monaco compte maintenant cinq points d’avance sur son dauphin, le FC Nantes, et huit sur le quatrième, l’EA Guingamp. Elle n’a plus perdu depuis le 11 décembre et se balade au sommet du classement grâce, notamment, à la prise de pouvoir au milieu de terrain de Mounir Obbadi, impeccable depuis son arrivée au mercato d’hiver. Seule pénombre au tableau : la stérilité chronique d’Ibrahima Touré depuis deux mois. Comme son club peut dorénavant envisager l’avenir avec plus de sérénité, le Sénégalais devrait rapidement recouvrer la confiance et l’efficacité qui ont fait de lui le meilleur joueur de Ligue 2 en 2012.

Daghe Munegu. 

On peut raisonnablement commencer à y croire

Décidément, l’AS Monaco apprécie les matches du lundi soir, les caméras d’Eurosport et les commentaires de Steve Savidan.

Après Arles-Avignon et Dijon, elle a ajouté le RC Lens, hier soir, à son tableau de chasse de février. Elle doit ce nouveau succès à son assurance, à sa détermination et à son réalisme qu’il est désormais inutile de vanter.

Deux buts à dix minutes d’intervalle, mi-temps exceptée, ont scellé le sort de la rencontre. C’est d’abord Nabil Dirar qui ouvrait le score le jour de son 27ème anniversaire, en inscrivant enfin son premier but de la saison, grâce à un décalage astucieux de Mounir Obbadi et à une frappe limpide à l’entrée de la surface.

C’est ensuite Andréa Raggi qui reprenait de près au second poteau un corner dévié au premier par Valère Germain. Les Asémistes faisaient ainsi la course en tête tout au long de la deuxième période et ce n’est pas la réduction du score des Lensois ni leur domination sans partage en fin de match, parfaitement contenue par un Danijel Subasic épatant, qui ont empêché les Monégasques de l’emporter et de frapper un grand coup à douze étapes de l’arrivée.

L’AS Monaco compte maintenant cinq points d’avance sur son dauphin, le FC Nantes, et huit sur le quatrième, l’EA Guingamp. Elle n’a plus perdu depuis le 11 décembre et se balade au sommet du classement grâce, notamment, à la prise de pouvoir au milieu de terrain de Mounir Obbadi, impeccable depuis son arrivée au mercato d’hiver. Seule pénombre au tableau : la stérilité chronique d’Ibrahima Touré depuis deux mois. Comme son club peut dorénavant envisager l’avenir avec plus de sérénité, le Sénégalais devrait rapidement recouvrer la confiance et l’efficacité qui ont fait de lui le meilleur joueur de Ligue 2 en 2012.

Daghe Munegu.

 

Read more...
Subscribe to this RSS feed